5 questions à... Robert Piaskowski

Plénipotentiaire du Maire de Cracovie pour la culture, gestionnaire et animateur culturel, éducateur et musicien.

Auteur(s) : Marynia Jacher / Julien Hallier Publié le : 16/12/2020

Robert Piaskowski 

Plénipotentiaire du Maire de Cracovie pour la culture
Gestionnaire et animateur culturel
Educateur
Musicien

Lieu de résidence : Cracovie

L'interview avec Robert Piaskowski s'inscrit dans le cadre de notre projet intitulé « 5 questions à ... », qui consite à poser les 5 mêmes questions à nos amis Polonais francophones.

Robert a été responsable de la politique de programmation et des relations internationales du Bureau des Festivals de Cracovie (Krakowskie Biuro Festiwalowe). Il était en charge de la politique de programmation des grands festivals de musique de Cracovie tels que Misteria Paschalia, Opera Rara, FMF (Festival de musique de film), Sacrum Profanum, Wianki - Fête de la musique, le Réveillon du Nouvel An à Cracovie, le cycle de concerts ICE Classic, Conrad Festival. Il est le directeur artistique du Festival de la musique de film de Cracovie, l'un des événements les plus réputés au monde dans ce domaine.

Il a étudié la philologie polonaise, la sociologie, les sciences sociales, ainsi que la diplomatie culturelle dans plusieurs universités, l’Université Jagellonne à Cracovie, l’Université de Provence Aix-Marseille et le Collegium Civitas de Varsovie. Il a coordonné le processus de candidature de Cracovie au titre de Ville créative de l'UNESCO dans le domaine de la littérature. Il représente Cracovie au sein de l'Organisation des villes du patrimoine mondial OVPM, du Réseau des villes festivals FCN ou du réseau ICORN des villes de refuge pour les artistes persécutés. Il est responsable du secteur culturel et représente le maire de la ville dans les relations avec les représentants de tous les secteurs culturels et créatifs, ainsi que dans les questions liées à la gestion et à la protection du patrimoine.

1) Bonjour Robert, quelle est ton histoire personnelle avec le français ?

J'ai choisi le lycée 2 d'Opole, réputé pour avoir le plus haut niveau d’enseignement de la langue française dans ma région d’origine. J'ai passé mon baccalauréat en français, puis j'ai participé à un échange Erasmus pour étudier à Aix-en-Provence. J'y ai étudié les sciences sociales et la littérature française. Je suis retourné plusieurs fois à Aix en travaillant au célèbre Festival d'Art Lyrique et j'y retourne presque chaque année, chez mes amis et dans les paysages de ma Provence bien-aimée. Dans le cadre de mes activités en tant que directeur de la programmation du Bureau des festivals de Cracovie (KBF), j'ai invité des ensembles de musique et de théâtre, des artistes, des chanteurs, des compositeurs et des écrivains de toute la francophonie. J'ai été aussi agréablement surpris d'avoir reçu en 2013 le titre de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre de la Culture et des Médias de la République française, et ce pour ma contribution à la promotion de la culture française en Pologne. 

2) Quelle est selon toi la plus grande différence entre les Polonais et les Français ? 

Les deux nations sont très fières de leur passé. Malheureusement, les Polonais vivent souvent dans le passé, ils se souviennent des défaites et des succès passés, ils ne peuvent que rarement profiter du moment présent. Les Français peuvent concentrer toute leur attention sur l'esthétique de la vie, en recherchant un goût spécifique, en parcourant la moitié du pays pour goûter le plat régional qu’ils souhaitent. Les Polonais ne reconnaissent que l'importance de leur patrimoine immatériel, y compris le patrimoine culinaire, et il s'avère qu'ils ont de plus en plus d'idées sur la façon de le multiplier de manière créative. Les Français ont une capacité et une curiosité naturelles à expérimenter. Les Polonais se sentent plus en sécurité dans des situations connues et apprivoisées, mais heureusement, cette curiosité grandit à mesure que nous devenons une nation cosmopolite et ouverte.

3) Quel est ton endroit préféré à Cracovie ? 

J'aime les endroits qui ne sont pas très populaires pour le tourisme, mais qui sont des enclaves vivantes de la ville. J'adore courir autour de l'ancien camp de concentration KL Płaszów et escalader le tertre de Krakus, qui offre l'une des plus belles vues sur le panorama de la ville. J'adore faire des courses aux marchés de Grzegórzki et Stary Kleparz, le samedi en général, pour acheter des légumes et des fleurs. J'aime aussi l'itinéraire peu connu des fortifications autrichiennes, un système de forteresses, de galeries, de forts construits au XIXe siècle. Il est étonnant de voir à quel point la région est vaste et comprend des fortifications et des bâtiments néo-gothiques. C'est un héritage de Cracovie qui n'est pas très connu jusqu'à présent.

Les Français aiment expérimenter. Ils recherchent l'énergie créative dans notre ville.
Ils sont fascinés par l'hospitalité polonaise et les échos d'une religiosité quelque peu oubliée en France. Ils ne la comprennent pas, mais elle les fascine.

4) Où aimes-tu passer ton temps libre hors de la ville ? 

Je fais souvent des excursions à vélo dans les environs de Cracovie. J’aime bien aller à l'abbaye bénédictine de Tyniec, à Niepołomice, ou bien dans la région de Gorce et des Piénines, non loin de là. Je m'arrête toujours à Szczawnica, c'est un rituel à chaque automne de cueillir des champignons près de Krynica ou de Rabka Zdrój. J'aime beaucoup l'itinéraire de l'architecture en bois, qui permet de découvrir des endroits moins connus de la région Małopolska et les trésors de l'architecture en bois inscrits sur la liste du patrimoine de l'UNESCO.

5) Qu’est-ce qui plaît le plus à tes amis français en Pologne ?

Mes amis français aiment les saveurs méconnues de notre ville, les confitures, les plats bio, le pain, les légumes sains et les fruits des marchés locaux. Ils aiment les boutiques vintage et le nouveau design. Ils viennent aux festivals, volontiers à Misteria Paschalia, Opera Rara, au Festival de musique de film, mais aussi au festival de musique électronique UNSOUND. Les Français aiment expérimenter. Ils recherchent l'énergie créative dans notre ville. Ils sont fascinés par l'hospitalité polonaise et les échos d'une religiosité quelque peu oubliée en France. Ils ne la comprennent pas, mais elle les fascine. Ils recherchent les traces des grands écrivains tels que Lem, Szymborska, Miłosz, mais aussi Wajda, Warlikowski, Lupa. Sans exception, ils visitent tous le quartier juif de Kazimierz, le Musée dans l'Usine de Schindler et le MOCAK, le Musée d’art contemporain de la ville de Cracovie.

Robert, merci pour ta contribution. 

Chers lecteurs, nous vous donnons rendez-vous bientôt pour la prochaine interview avec un(e) autre ami(e) Polonais(e) francophone.
A très vite ! 


Crédits photos : Wojciech Wandzel, KBF | kultura biznes festiwale, Destination Pologne

 

Partager l'article
J'accepte !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.