5 questions à... Iris Munos

Chanteuse-interprète, metteure en scène, formatrice, porteuse de projets artistiques, éducatifs et francophones. Fondatrice du programme Les Nuits du monde - festivals de chanson francophone, fondatrice de l’organisation culturelle L’Iris Création - Centre francophone de formation et de création artistique, co-fondatrice du projet 10/10 - pièces francophones à jouer et à lire.

Auteur(s) : Julien Hallier Publié le : 23/04/2021

Iris Munos

Chanteuse-interprète, metteure en scène, formatrice, porteuse de projets artistiques, éducatifs et francophones.
Fondatrice du programme Les Nuits du monde - festivals de chanson francophone, fondatrice de l’organisation culturelle L’Iris Création - Centre francophone de formation et de création artistique, co-fondatrice du projet 10/10 - pièces francophones à jouer et à lire.

Lieu de résidence : Poznań

L'interview avec Iris Munos s'inscrit dans le cadre de notre projet intitulé « 5 questions à ... », qui consite à poser les 5 mêmes questions à nos amis Français habitant en Pologne.

Bonjour Iris, quelle est ton histoire personnelle avec la Pologne ?


J’ai découvert la Pologne en 2006 alors que je faisais partie d’un échange culturel de jeunes. J’y suis revenue en vacances en 2011, et depuis j’y suis restée. Ce qui veut dire que je suis restée en vacances depuis (rires). Le choix de la Pologne comme pays de vie n’est pas anodin pour moi. Je suis touchée par les gens et leur culture.

A l’époque, je travaillais dans le théâtre professionnel en France mais je m’ennuyais terriblement. La consommation et la production incessante de spectacles pour faire du profit ne m'intéressaient plus. J’avais 24 ans quand j’ai pris la décision de vivre en Pologne. Je ne recevais que des retours négatifs et remplis de clichés de la part de mes proches sur ce pays.

De mon côté, je fus motivée de découvrir une nouvelle culture, une nouvelle langue. La Pologne avait une image sombre et c’était justement ce qui m’intéressait ; je savais que de belles choses s’y cachaient. Cela fait partie de ma personnalité : aller à contre-courant. Mon désir était de vivre une aventure forte. Je me suis entièrement consacrée à créer de nouvelles idées, à inventer des projets et à rêver d’un monde meilleur, et cela en Pologne.

Je travaillais en coopération avec les écoles les plus éloignées de tout le pays, j’échangeais avec des professeurs de français, j’entrais en contact avec des centaines de jeunes qui apprennent le français. J’ai monté des dizaines de spectacles en français avec les classes. Ces rencontres furent pour moi nécessaires pour apprendre des jeunes et pour comprendre la culture et la société polonaise.

En parallèle, je me produisais dans de nombreuses salles de concert de tout le pays où j’interprétais les grands noms de la chanson française. J’ai rencontré et fidélisé par ce biais un public avec qui j’ai pu échanger, parler et rire. Cela me permettait de grandir très vite.

L’amitié en Pologne est une valeur importante. Il n’est pas difficile de se faire des amis et surtout de les garder pour toujours.
Quelle est, selon toi, la plus grande différence entre les Polonais et les Français ?


Les Polonais sont dignes et rieurs. Je suis toujours touchée par leur grande gentillesse et générosité, encore aujourd’hui. L’amitié en Pologne est une valeur importante. Il n’est pas difficile de se faire des amis et surtout de les garder pour toujours. En France, il faut savoir entrer dans un réseau et se faire accepter. La plupart des Français qui viennent en Pologne peuvent parfois trouver les gens froids au premier abord, mais il s’agit d’une façade. Les Polonais ne rient pas à gorge déployée en public, ne parlent pas fort dans les transports en commun, se tiennent bien dans les restaurants. C’est comme ça. Mais ils sont tout aussi révoltés, fous, engagés et aiment faire la fête. Ils sont très sympathiques, chaleureux, curieux et altruistes. Les relations humaines sont absolument magnifiques. Les Polonais écoutent beaucoup et parlent peu. Les Français parlent beaucoup et écoutent peu.

Quel est ton endroit préféré à Poznań ?


Je vis dans le quartier de Wilda que j’aime beaucoup. Ce quartier se situe à 20 minutes à pied du centre-ville. Il accueille une population de tous bords sociaux. Il est populaire. On y retrouve autant d’ingénieurs cadres que des personnes malheureusement en difficulté, des étudiants que des personnes âgées installées là depuis des dizaines d’années. La population est très diversifiée. Il n’y a aucune forme de ghetto. J’aime passer du temps dans le beau parc de Wilda et sur la terrasse du restaurant Mamma Wilda. Il est très agréable d’y boire une bière et manger une bonne pizza. C’est un lieu très vivant le soir. J’aime aussi faire du vélo sur l’autoroute à vélos Wartostrada au bord du fleuve de la Warta. La ville change et évolue très vite. Elle se développe au fil des années, voire au fil des mois. C’est très agréable de voir la ville se transformer et nous proposer de nouvelles infrastructures. 

Il faut évidemment découvrir la plus belle place de Poznań : le Stary Rynek est une véritable merveille. Elle n’est pas très grande mais elle est très vivante, très dynamique et très jolie. Les beaux jours, je me mets en terrasse tôt le matin pour boire un café et sentir la ville se réveiller.

Je prends aussi plaisir à flâner dans le quartier Jeżyce qui a une superbe atmosphère. On y trouve des bars bien sympas avec une belle ambiance de fête le soir.

Où aimes-tu passer ton temps libre hors de la ville ?


J’aime aller à la montagne au sud de la Pologne, près de Szklarska-Poręba. Mais je m’efforce d’y aller seulement hors saison, sinon cela devient impossible avec la foule. Il y a là-bas des pistes incroyables et splendides de ski de fond. En général, j’aime m’éloigner le plus loin possible et découvrir de nouveaux espaces. Je suis émerveillée par l’Est du pays, aux alentours de Tykocin, à la réserve naturelle de Narew. Pour moi, cet endroit fait office d’un autre temps. Il y a une lumière étrange, une certaine spiritualité, la nature est très prenante. On se croirait dans un conte de Grimm. Je peux conseiller aux Français tous les parcs nationaux en Pologne qui sont très bien structurés et très surprenants par leurs beautés naturelles (le Parc National des Bieszczady avec ses montagnes sauvages splendides ou le Parc National de Białowieża et sa forêt primaire incroyable). Les chambres d’hôtel sont toujours d’excellentes qualités et peu chères. Je conseille aussi aux gens de ne pas hésiter à prendre une chambre dans des palais. Le cadre est en général extraordinaire avec une restauration à couper le souffle et avec des prix tout aussi abordables. Ce qui est très agréable aussi, c’est de croiser facilement des karczma (auberges) au bord des routes. L’ambiance dans ces auberges tout en bois est toujours sympathique et on y goûte des plats traditionnels succulents.

Qu’est-ce qui plaît le plus à tes amis Français en Pologne ?


La première chose que les Français se disent en arrivant en Pologne pour la première fois c’est que le pays est moderne. Les routes, les bâtiments, les restaurants et les cafés. Ils aiment aussi cette culture de la vodka et de la bière, de la fête animée dans les bars le soir, le contact chaleureux avec les Polonais.

Avec la nourriture, les Français ouverts d’esprit adorent la cuisine qui est très différente de celle de la France (golonka, pierogi, bigos, żurek, etc.). Ils sont en général impressionnés par la qualité des plats dans les restaurants. Des plats toujours faits maison, des plats qui sont très bons où qu’on aille. Les français aiment surtout l’ambiance dans les centres villes le soir, et cette fête en permanence.

Mais les Français aiment aussi découvrir l’histoire politique et culturelle de la Pologne, et les monuments historiques qui la racontent. La Pologne regorge de châteaux magnifiques et de musées très émouvants. Ils aiment en savoir plus sur les nombreux rois qui ont fondé et gouverné la Pologne, les grands artistes (écrivains, musiciens, peintres, réalisateurs et metteurs en scène) qui ont posé un regard critique et politique sur la société polonaise, les mouvements révolutionnaires et les drames de ces derniers siècles qui ont forgé l’histoire, marqué le destin des populations et établi les moeurs complexes de la Pologne d’aujourd’hui.

*

Iris, merci pour ta contribution.

Chers lecteurs, nous vous donnons rendez-vous bientôt pour la prochaine interview avec un(e) autre ami(e) Français(e) habitant en Pologne.
A très vite !


Crédits photos : Iris Munos, Destination Pologne × Adobe Stock

Partager l'article

Faites-nous part de vos besoins !

Affiliations
J'accepte !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.